Les bâtiments passifs

Vendredi 9 octobre 2020, par lamaisonpassive // Bâtiments passifs/Passivhaus

Le bâtiment passif est un concept qui a vu le jour au siècle dernier, grâce à une collaboration scientifique germano-suédoise. Plus concrètement c’est la rencontre de deux scientifiques : Bo Adamson et Wolfgang Feist qui est à l’origine de ce concept du bâtiment passif aussi appelé "Passivhaus" en Allemagne ou "Passivehouse" dans le monde anglo-saxon.

Le concept été d’abord expérimenté en Allemagne à Darmstadt avec la construction de la résidence Kranichstein :

https://passivehouse-database.org/index.php?lang=en#d_195

Ensuite le concept a été théorisé dans un article en peer-to-peer en l’an 2000, alors que s’ouvrait en même temps à Hanovre l’exposition universelle. Les maison alignées de Kronsberg en ont été la sensation : pensez vous une borne de connexion au réseau de chaleur prévu pour 1 maison servait maintenant pour 15 d’entre elles ! Le "passif" était médiatiquement né :

https://passivehouse-database.org/index.php?lang=en#d_73

Le concept s’est depuis lors énormément développé partout dans le monde, notamment hors d’Europe, aux Amérique et en Chine. L’année dernière (2019) la conférence internationale du passif avait lieu à 100 km de Pékin à Gaobedian. Cette année, pour cause de Covid, elle a eu lieu en ligne. Cela a été comme à l’accoutumée l’occasion pour la scène "passive" internationale de se rassembler, cette fois-ci en dépensant 3000 fois moins de CO2 que d’habitude (calcul ESA : comparaison conférence int en présentiel / en virtuel). La 24ème IPHC (International Passive House Conference) a fermé ses portes hier le 8 Octobre 2020

C’est l’occasion de faire ses comptes et d’envisager l’avenir. Les bâtiments passifs comptent aujourd’hui (été 2020) 2.5 Millions de m2 certifiés ans le monde. La France qui avait été leader en Europe (après l’Allemagne) va-t-elle se laisser distancer par des pays comme le Royaume Uni ou L’Espagne ? Les labellisateurs français à l’image de PROPASSIF restent concentrés. Et puis l’avenir nous le dira...