Bâtiments Passifs certifiés

Vendredi 15 avril 2016, par lamaisonpassive // Bâtiments Passifs

Les Bâtiments Passifs (maisons, immeubles, bureaux, etc...) sont des bâtiments plus complexes que des bâtiments standards. Pour éviter de ne pas être déçu par le bâtiment que l’on est en train de construire, il est préférable de le faire certifier. C’est l’assurance de ne pas construire un bâtiment qui n’ait de passif que le nom...

Souvent, l’absence de certification exprime surtout la crainte que le projet ne se révèle pas aussi passif qu’on l’espère... Bien sûr, bien sûr, de loin, tous les projets sont passifs. Pour en avoir le coeur net, rien ne vaut passer le projet au crible de la labellisation.

Dans le neuf : labellisation "Batiment Passif/Passivhaus" ©

Les critères pour le neuf en résidentiel

Les critères pour le neuf en non-résidentiel

Depuis le 1er janvier 2016 avec le PHPP V9, la production d’énergie liée au bâtiment est prise en compte avec les nouveaux labels : Bâtiment Passif Classique, Bâtiment Passif Plus (bâtiment à énergie positive) Bâtiment Passif Classique Premium (bâtiment producteur d’énergie) Les nouveaux critères critères pour le neuf

En rénovation : labellisation "EnerPHit" ©

Les critères pour la rénovation(EnerPHit)

Néanmoins certains maîtres d’ouvrage veulent savoir ou ils en sont. Quand ils engagent de l’argent public, c’est tout à leur honneur. La base de données des projets passifs internationaux. En germanico-franglais quelque fois...

... Maisons Passives Certifiées ! Toujours un tant soit peu en retard sur la réalité, bien sûr...

http://www.bddmaisonpassive.fr

Cela dit, il ne faut pas s’attendre non plus que cette base de données soit un jour exhaustive : il y a toujours des maîtres d’ouvrage qui ne souhaitent pas que leur bâtiment fasse l’objet de publication, et rien ne nous permet de le leur reprocher. Et puis il y a et aura toujours aussi des bâtiments qui pourraient être labellisés mais qui ne le seront pas, car la labellisation est assez rarement subventionnée* : certains n’y voient donc pas forcément d’intérêt direct pour leurs finances, ce qui est aussi compréhensible.

* Pour l’instant seul le département des Côtes d’Armor par le biais du CAUE22 subventionne la labellisation des bâtiments passifs.